Florence Mugny | « Choisis la vie »
16858
single,single-post,postid-16858,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,transparent_content,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

« Choisis la vie »

DSC02127

« Choisis la vie »

« … je mets devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance… » Deutéronome 30, 19

En ce temps de Carême beaucoup se demandent quel jeûne pourraient-ils faire lorsqu’ils ne font pas un jeûne alimentaire. Il y a aujourd’hui le jeûne des réseaux sociaux, des jeux de toutes sortes sur nos appareils connectés et de tout ce qui peut nous éloigner de l’essentiel, la liste est longue.

Chaque année à moins de refaire le même jeûne, la question se repose. En y réfléchissant, voici que je me suis mise au défi de choisir la vie. Qu’est-ce que cela veut dire ? Il paraît comme une évidence que l’on choisisse la vie et pourtant… la vie nous a été donnée mais est-ce que c’est un choix ?

Combien de fois dans une journée des pensées négatives nous assaillent, des activités stériles nous prennent notre temps, des découragements nous envahissent. En nourrissant ces pensées, ces actions ou ces états d’âme nous nous éloignons de la vie. Cela parait simple et pourtant je découvre une lutte quotidienne de choisir ce qui nous met plus en vie. C’est fait de toutes petites choses et de toutes petites pensées qui, jour après jour, année après année, nous construisent ou nous enfoncent.

Le discernement n’est parfois pas aisé mais se poser la question : « Est-ce que cela m’apporte plus de vie ? » peut nous aider.

« Choisis la vie » c’est se mettre en chemin vers Pâques en toute liberté mais non pas sans difficulté. C’est tenter de renoncer aux pensées noires, aux activités vides de sens, aux relations mortifères, aux sollicitations qui nous épuisent…

C’est sentir au fond de soi cette énergie de vie qui nous met debout, ce mouvement qui nous permet de nous relever, de ne pas nous laisser anéantir par la souffrance et le désespoir, de passer d’une vie subie à une vie choisie. N’attendons pas Pâques pour nous relever. Pâques, c’est chaque jour.