Florence Mugny | Le temps de Dieu, le moment présent
Peur de manquer de temps et faire confiance. Temps de Dieu : éternité ou présent permanent.
16703
single,single-post,postid-16703,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,transparent_content,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

Je n’ai pas le temps

Fichier_000

Je n’ai pas le temps

Voici ce qu’on entend de plus en plus alors que toutes les avancées technologiques ont pour but, entre autres, de nous faire gagner du temps. De nature plutôt stressée, je n’échappe pas à cette sensation que tout s’accélère et que le temps manque. On dit aussi qu’on a le temps pour ce qu’on veut vraiment et effectivement il y a des priorités dans nos vies auxquelles on ne coupe pas. La difficulté réside justement dans ces priorités et le foisonnement de sollicitations auxquelles nous sommes soumis. Il en résulte une insatisfaction, un découragement et beaucoup de stress pour essayer de mener à bien notre quotidien.

En elle-même la perception de la notion du temps reste très subjective. Dans l’ennui ou dans l’attente le temps passe lentement voire de manière interminable alors que lorsque l’esprit est absorbé dans une activité, on ne le voit pas passer.

Dernièrement, à l’occasion d’un cours de l’AOT (Atelier Œcuménique de Théologie) qui avait pour thème « La question du temps, de l’éphémère à l’éternité », j’ai été interpellée. C’est comme si j’avais soudain pris conscience que dans notre monde il y avait – pour simplifier – deux temps. Un temps linéaire : celui qui contient le passé, le présent et le futur, et le temps de Dieu : l’éternité ou un présent permanent.

Ce qui m’a frappée c’est que nous courons après le temps, il nous manque en permanence et qu’a contrario pour Dieu le temps n’existe pas :

« Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour ». 2 Pierre 3, 8

ou encore

« Car mille ans sont, à tes yeux, comme le jour d’hier, quand il n’est plus, et comme une veille de la nuit ». Psaume 90, 4

Si donc le temps a si peu d’importance pour Dieu, pourquoi est-il devenu si tyrannique pour nous. Est-ce une fois encore la conséquence de cette mise de côté de Dieu et du spirituel ? La Toute-puissance de l’Homme et son désir de vouloir tout contrôler sont mis en échec devant l’insaisissable du temps.

Intérieurement j’ai ressenti ce décalage, me voyant tourner comme une hélice pour gagner du temps alors que Dieu reste immuable et tranquille hors du temps. Je me suis dit qu’il fallait entrer dans le temps de Dieu et cela voulait dire Lui faire confiance. Sortir de ce temps de folie et se mettre sous Son regard bienveillant en se disant qu’Il donne exactement le temps dont on a besoin.

Je souhaite donc que 2017 ait ce goût d’éternité qui permet de prendre du recul par rapport au stress quotidien.

Clin d’œil : ma montre s’est arrêtée!

Florence Mugny 078 632 26 17

Si vous souhaitez être aidé(e) ou accompagné(e), je propose depuis plusieurs années un accompagnement humain. Un accueil de votre personne dans son entier, y compris sa dimension spirituelle, dans le profond respect de votre cheminement et de vos convictions.