Florence Mugny | « C’est la vie »
16744
single,single-post,postid-16744,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,transparent_content,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

« C’est la vie »

20140314_102906-2 - copie

« C’est la vie »

Lorsque l’on conclut une discussion par « c’est la vie », cette locution vient le plus souvent à la suite d’un partage sur des problèmes, maladie, deuil, drame, en résumé : de la souffrance. Elle est énoncée comme un constat que la vie est difficile, et de manière plus implicite que la vie est incompréhensible, injuste voire mystérieuse. Cette expression est plus teintée d’impuissance et de résignation que d’acceptation.

Aussi je me suis demandé de quelle vie il s’agissait puisqu’on l’entend souvent comme exposé ci-dessus. Que recouvre donc le mot vie ? Est-ce l’espace temps qui nous est donné de la naissance à la mort avec tous les événements heureux ou malheureux ou est-ce plus que cela ?

En méditant dernièrement le début de l’Evangile de Jean, ce qu’on appelle « Le Prologue », j’ai été frappée par ce verset :

« En elle (la Parole) était la vie et la vie était la lumière des hommes, et la lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont point reçue. »

Ici la vie est porteuse de la Parole et de la lumière, elle n’est pas limitée dans une durée. Cette vie qui est notre lumière pour éclairer nos ténèbres est effectivement non accueillie et non comprise.

Dire « c’est la vie », c’est oublier cette lumière au cœur de nos ténèbres faites notamment d’incompréhension, c’est se contenter d’une vie au rabais, sans lumière. Pourtant avec la Parole nous avons reçu la vie et la lumière qui « …illumine tout homme ». Cela interroge certainement notre difficulté à reconnaître cette lumière en nous et à regarder à travers elle tous les événements qui jalonnent notre vie. Nous avons dès l’origine « Au commencement… » l’affirmation que quelques soient notre vie et nos difficultés, nous sommes porteurs de cette lumière et que malgré nos ténèbres, la lumière brille, même si on ne l’accueille pas, même si on ne comprend rien à la souffrance du monde. C’est cette lumière qui permet à certains de dire même au cœur de l’adversité : « la vie est belle ». La prise de conscience de cette lumière peut changer notre regard sur le monde et notre attitude dans la vie.

Jean nous dit encore au chapitre 10, verset 10

« …moi, je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance. »

La vie en abondance c’est se laisser éclairer par cette lumière, la laisser « habiter parmi nous », l’accueillir. Et c’est bien ce qu’il nous est le plus difficile. Nous pouvons mâcher et ruminer cette Parole, ce prologue d’une intensité et d’une profondeur infinies, de sorte que petit à petit cette lumière s’infiltre dans notre obscurité pour que nous puissions dire en toute circonstance « La vie est belle » à l’instar du titre éponyme du film de Roberto Begnini.

Florence Mugny 078 632 26 17

Si vous souhaitez être aidé(e) ou accompagné(e), je propose depuis plusieurs années un accompagnement humain. Un accueil de votre personne dans son entier, y compris sa dimension spirituelle, dans le profond respect de votre cheminement et de vos convictions.