Florence Mugny | « Trouver dans ma vie ta présence »
16769
single,single-post,postid-16769,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,transparent_content,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

« Trouver dans ma vie ta présence »

Fichier_000 (13)

« Trouver dans ma vie ta présence »

Comment rendre compte, dire la présence de Dieu, du Tout-Autre, si justement personne ne l’a vu ? Comment peut-on affirmer ou sentir sa présence, est-ce la perception d’une présence totalement subjective, fruit d’une illusion, de l’interprétation d’une réalité ou de faits vécus ?

Dans mon humble expérience et dans ma vie, celui que je nomme Dieu, est présent. Mais de présences multiples et différentes.

Je le reconnais dans de menus détails quotidiens qui sont comme des clins d’œil. Dans ces petits détails je décrypte une patience sans bornes pour me rassurer alors que je ne cesse de m’inquiéter. J’aime à dire que je me sens enveloppée de Sa tendresse. Dans la reconnaissance et la réception de cette présence je suis interprète et actrice, même si c’est toujours Lui qui initie le mouvement.

Une autre qualité de présence est le surgissement d’une sensation, d’une paix indicible qui vient de nulle part, sans prévenir. Sensation physique inexplicable qui ne se rattache à rien de connu, qui se manifeste dans le plus banal de l’existence ou parfois à des moments clés. Ces instants privilégiés sont comme une façon de me confirmer Sa présence et Son existence.

D’aucuns diront que c’est pur hasard ou coïncidences, voire sentimentalisme ; c’est ce qui marque une différence avec la foi. Je crois que tout a du sens et que la Création a été conçue dans un projet d’amour, il ne s’agit pas de hasard et de coïncidences, mais d’un regard d’amour posé sur ma vie, sur la Vie.

On peut lire dans Mathieu 5, 45 :

« il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes »

soit sur tout homme sans distinction. Comment se fait-il que certains voient le soleil et d’autres la pluie ? Le soleil a brillé au-dessus de moi dès le berceau, est-ce une grâce ? Ma part a été de le reconnaître, c’est tout. Cela m’a-t-il empêché de souffrir, de désespérer ? Non ! J’ai crié avec Job 35, 13

« C’est en vain que l’on crie, Dieu n’écoute pas, Le Tout-Puissant n’y a point égard. »

Aveuglée par la douleur comme Marie-Madeleine au tombeau ou comme les disciples sur le chemin d’Emmaüs, la souffrance m’a souvent occulté Sa présence.

Mais quand je retrouve le calme après la tempête, quand je me relie à la Source et me laisse baigner de Sa lumière, je sais au fond de moi que tout a du sens au-delà du non-sens visible et cela est incommunicable.

Florence Mugny 078 632 26 17

Si vous souhaitez être aidé(e) ou accompagné(e), je propose depuis plusieurs années un accompagnement humain. Un accueil de votre personne dans son entier, y compris sa dimension spirituelle, dans le profond respect de votre cheminement et de vos convictions.