Florence Mugny | La loi
16966
single,single-post,postid-16966,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,transparent_content,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

La loi

FE3EEB56-81AA-42A3-AE44-E908BC76D7E6

La loi

« Le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat. » Mc 2,27 

Le mot hébreux Torah signifie instruction, loi et aussi tuteur. Le cadre, la loi, la structure aident à grandir cependant ils ont pour mission de favoriser la vie et non de l’empêcher, de la freiner voire de l’éteindre. Quand le Christ pose la question : 

« … Est-il permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver une personne ou de la tuer ?… » Mc 3,4 

il nous met devant la question du discernement. Il faut choisir, il faut réfléchir, ce serait tellement plus simple d’appliquer la loi à la lettre sans se poser de questions. Le Christ nous invite à une permanente remise en question, il n’est pas venu nous dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire, il est venu nous bousculer dans nos habitudes, dans nos certitudes, pour nous ouvrir à la vie, au renouvellement, à la liberté. 

« Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’esprit; car la lettre tue, mais l’esprit vivifie. » 2Cor 3,6

À moult reprises, le Christ s’est insurgé devant les aberrations et la rigidité de la loi comme la pratiquait la plupart des pharisiens et on peut en déduire qu’il n’a jamais souhaité créer une institution sclérosée. 

L’enfant a besoin d’un cadre et de règles pour grandir, la société aussi. À l’origine des institutions, des ONG, des organisations de toutes sortes et des religions, il y a une bonne et juste intention.  Cependant avec le temps et en se développant, les Hommes qui en font partie n’ont pas tous les mêmes motivations et petit à petit la finalité peut en être dénaturée. 

Si l’on se scandalise du cléricalisme et des dérives de l’Eglise aujourd’hui et à raison, c’est bien à cause de ce côté pervers de l’institution. On oublie que l’Homme est capable du meilleur et du pire, que chacun porte en soi ombres et lumières. Se désespérer de l’Eglise c’est se désespérer de l’Homme et par conséquent du monde. Néanmoins chaque crise institutionnelle est salutaire et permet de retrouver l’impulsion initiale de laquelle nous avons dévié, en l’occurrence pour l’Eglise, le message du Christ. Alors au-delà de toutes les souffrances que cela génère, nous pouvons dire que c’est une chance pour nous renouveler et revenir à la Source. 

Florence Mugny 078 632 26 17

Si vous souhaitez être aidé(e) ou accompagné(e), je propose depuis plusieurs années un accompagnement humain. Un accueil de votre personne dans son entier, y compris sa dimension spirituelle, dans le profond respect de votre cheminement et de vos convictions.