Florence Mugny | Liberté intérieure
16997
single,single-post,postid-16997,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,transparent_content,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

Liberté intérieure

F482F74B-2EB7-4896-8CFC-50678E67ECBB

Liberté intérieure

Il est parfois plus facile de suivre des règles et des lois que de devoir faire des choix. Cependant le Christ appelle à la liberté et il veut que nous soyons libres. 

« Frères, c’est pour que nous soyons libres que le Christ nous a libérés. Alors tenez bon, ne vous mettez pas de nouveau sous le joug de l’esclavage… Vous, frères, vous avez été appelés à La Liberté… Mais si vous vous laissez conduire par l’Esprit, vous n’êtes pas soumis à la Loi. » Galates 5. 1, 13, 18

Le Christ, fils de Dieu, jouissait d’une totale liberté intérieure. Toutefois il n’est pas venu abolir la loi mais l’accomplir et 

«l’accomplissement parfait de la loi c’est l’amour. » Romains 13, 8-10 

C’est au nom de cet amour qu’il a enfreint la loi à maintes reprises, avec la Samaritaine, la femme adultère, les guérisons le jour du sabbat…

Or si nous voulons ressembler au Christ, notre devoir de chrétien est de ne pas suivre aveuglément les règles d’une Institution ou d’une Église mais de réfléchir.

Beaucoup de chrétiens ont subi de profondes blessures à cause d’une application rigide et dogmatique de la loi et des traditions. Ceci a généré tantôt chez eux une culpabilité qui, dans un repli, les a gardés dans le giron, tantôt une prise de distance voire un rejet de l’Eglise et par la même occasion un rejet de Dieu, ce qui s’appelle communément, si je peux me permettre, « jeter le bébé avec l’eau du bain ».

Mon propos est donc de rappeler que tout chrétien est appelé à développer une liberté intérieure fondée sur l’écoute de son intime conviction qui peut parfois se distancer des positions de l’Eglise. A la suite du Christ, l’Eglise elle-même reconnaît ce droit ultime d’écouter sa conscience en toute légitimité. Une conscience éclairée par l’Esprit dont nous reconnaîtrons les fruits : paix, joie et non culpabilité. Ceci devrait être le fil conducteur de nos prises de décisions et de nos choix.